fbpx

Le bodycount, est-ce que ça compte (vraiment ?)

le bodycount, est-ce que ça compte vraiment ? Myriam Pinon

Alors vous n’avez sans doute aucune idée de ce qu’est un bodycount. Et c’est tant mieux pour vous parce que c’est quand même une sacré horreur…

Sauf que vous seriez très surprise de voir que c’est une notion qui commence, en 2024, à s’inviter très fortement dans le débat des relations hommes-femmes ! C’est pour ça que le sujet s’est littéralement imposé à moi !

On en parle partout…

Avec beaucoup de fausses croyances et surtout, beaucoup de manipulations de la part des hommes !

Et c’est pourquoi je vous en parle aujourd’hui. Parce que le jour où vous croiserez un homme qui vous parle de votre bodycount, vous saurez d’où ça vient, comment contrer ça et comment vous repositionner correctement.

Alors le bodycount, qu’est-ce que c’est ? Et bien c’est le nombre de partenaires sexuels que vous avez eu dans votre vie !

Ah, vous êtes tombées des nues ? Vous avez l’impression que d’être revenues 50 ans en arrière ?

Et bien vous avez raison !

En 2024, le sexisme a progressé dans la société. Whaouh !

La Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les Hommes vient de sortir le Rapport annuel 2023 sur l’état des lieux du sexisme en France. Et le résultat est sans appel, les jeunes hommes entre 18 et 35 ans sont infiniment plus sexistes que leurs aînés !

Ce n’est pas de leur faute, les pauvres enfants… Ils sont largement manipulés et surtout, il s’agit d’un contrecoup de Metoo… Ces messieurs se sentent mis en danger et se rebiffent !

Bon, j’en rigole, je leur fais confiance ! Il vont revenir de leur étonnement et comprendre qu’on a tous à gagner à l’égalité ! Il faut juste un petit temps d’adaptation…

Mieux vaut vous préparer sur le bodycount…

C’est quelque chose que vous allez devoir apprendre à gérer dans vos relations avec les hommes

Et effectivement, ce sont eux qui les premiers parlent de ces problématiques.

Les femmes qui suivent ma chaîne sont un peu plus âgées. Donc j’espère que ce retour en force du sexisme ne va pas trop toucher notre génération !

Mais je sens gros comme une maison que ça nous pend au nez !

Sans doute est-ce que vous allez avoir un jour ou l’autre à vous confronter à ce genre de manipulation ou une qui sera similaire. Et dans ce cas, vous saurez comment la gérer parce que ce sera le même processus.

Ce sont un peu nos fils, nos collègues, nos neveux qui se permettent d’interroger et de juger les femmes sur leur vie intime…

Donc éduquons nos fils ! 😄

… On ne pose juste pas la question, c’est tout !

    Mais pour en revenir au bodycount, cette question est un piège.

    Ne tombez pas dedans ! C’est de la manipulation, il n’y a aucune bonne réponse ! Le seul but, c’est de vous donner honte sans même que vous sachiez pourquoi…

    Et vous verrez que la règle absolue, c’est que quand un homme se comporte mal, on ne le laisse pas faire et on le remet à sa place !

    Je vais vous expliquer comment… Et je vous laisserai une grande liberté artistique… L’important c’est le process ! 😆

    Alors c’est parti, on va remettre l’église au milieu du village, ça va faire mal ! Il est temps de calmer les gamins ! Une bonne fessée et au lit Jordan, Dylan, Morgan et Logan ! 👊

    Le bodycount, c’est quoi ?

    Donc, je dois vous expliquer un peu l’historique de ce fameux bodycount. Parce que ça ne sort pas de nulle part !

    Et bien je vous l’ai dit, ça touche les jeunes et tout se passe sur les réseaux sociaux, et plus spécifiquement Tik Tok.

    Alors bien sûr, ça c’est une question qu’on finit toujours par se poser dans les premiers mois d’une relation. Ou entre copines.

    Donc dans un environnement quand même relativement « safe ».

    Sauf que ça, c’est fini. Maintenant, c’est un parfait inconnu qui vous interroge dans la rue, qui vous filme et qui va commenter votre réponse. Et bien sûr, qui va publier tout ça sur les réseaux, et ça va faire des milliers de vues.

    Depuis plusieurs mois, c’est devenu une « trend » Tik Tok, et ce n’est pas qu’en France, c’est une tendance partout dans le monde.

    Des Tiktokeurs qui font des micro-trottoirs dans la rue, qui interrogent des personnes en leur demandant avec la plus totale décontraction… combien ils ont eu de partenaires sexuels.

    Et figurez-vous que ces jeunes gens répondent le plus naturellement du monde. Comme si c’était normal de répondre à une question aussi intime publiquement.

    Des hommes bien sûr, mais surtout les femmes, c’est beaucoup plus amusant !

    Et puis bien évidemment, ce ne sera pas les mêmes connotations. Un homme avec un bodycount élevé aura droit à un « whouah » alors que si c’est une femme, elle va recevoir des moqueries…

    Les questions de bodycount… C’est surtout très malsain !

    Je viens de me taper un paquet de vidéos sur le bodycount. Et j’avoue qu’après ça je me sentais très très mal parce que c’est vraiment très malsain.

    Et bien évidemment, les vidéos les plus regardées sont celles mettant en scène des femmes.

    On sent le plaisir coupable derrière cette trend, le plaisir qu’on prend à humilier les femmes sur ce sujet.

    Et je les vois toutes tomber dans le piège.

    Même celles qui hésitent au départ vont finir par donner un chiffre à cause de la pression que lui met la personne en face.

    Et puis si elle-même a vu des vidéos Tik Tok à ce sujet et qu’elle a vu d’autres femmes répondre, elle va normaliser la chose et le faire à son tour.

    Mais je vous assure que quand on regarde ces vidéos en série comme je l’ai fait, on voit que c’est tout sauf normal en voyant la gêne de ces jeunes femmes.

    Le bodycount des hommes bien sûr, tout le monde s’en tape.

    On recherche le sensationnel !

    Alors qu’est-ce qui marche le mieux ?

    • De très jeunes femmes qui ont eu un nombre très impressionnant de partenaires sexuels.  Ah ça, ça fait des vues ! Ca va conforter un fantasme masculin de femme pécheresse. Ca les attire et ça les répulse en même temps.
    • De très belles jeunes qui vont avoir eu un petit nombre de partenaires sexuels. Mais dans ce cas-là, vous pouvez être sûres que vous allez voir le commentaire partout : « oh, elle ment, elle ment ! ».
    • En dehors des micro-trottoirs, vous avez des vidéos d’hommes qui vous expliquent facecam à quel point le bodycount « ça compte ! ». Enfin, le vôtre, pas le sien bien sûr…
    • Et vous avez des dialogues entre une femme qui demande toute gênée, toute honteuse, tout timidement, « mais en quoi c’est si important ? » et un homme qui lui répond tout fier de lui, débordant de confiance en lui à l’inverse « oh si si non mais c’est important ».

    Pour ma part je n’avais aucune idée de ce que c’est horreurs existaient avant de rejoindre Threads, le petit frère d’Instagram…

    Et là je tombe sur un monde post-apocalytique, où les hommes et les femmes s’insultent, se haïssent… Mais c’est effroyable…

    Nos jeunes ont réactivé la guerre des sexes…

    Ca se traite de misogyne et de misandre à tout va ! Mais déjà, dans quel monde des gamins à la limite de l’illettrisme connaissent le mot « misandre » ? 😲

    Pourquoi parler de bodycount ?

    Et du coup, où est l’intérêt du bodycount dans cette histoire ? Et bien c’est une merveilleuse façon de rabaisser les femmes, de leur faire perdre toute confiance en soi en leur donnant honte au sujet du nombre de leurs partenaires sexuels.

    Cc’est complètement à mettre en rapport avec cette nouvelle montée du sexisme.

    C’est ce qu’on appelle du slut shaming. « donner honte à une femme en lui attribuant un comportement de salope ».

    Sauf que ce qui est génial dans cette histoire, c’est que quelle que soit votre réponse, on s’arrangera pour que vous ayez honte de votre comportement sexuel.

    Et c’est ce qui en fait quelque chose d’obligatoirement très toxique.

    Parce que si vous donnez un chiffre bas, on vous traitera de menteuse, ce qui vous amènera mécaniquement à vous justifier sur votre vie intime.

    Ce qui est très malsain parce qu’a priori votre vie intime ne vous concerne que vous ! A la limite vos copines mais certainement pas des gens qui vont vous regarder obligatoirement en vous jugeant (parce que c’est le principe du jeu).

    Si à l’inverse, vous donnez en toute candeur un chiffre élevé, on va vous expliquer qu’aucun homme ne voudra de vous. Et que ça influe sur votre valeur en tant que personne. Super !

    Sauf que qu’est-ce qui se passe ? Et benh si vous voulez c’est votre vie, c’est votre histoire, vous ne pouvez pas effacer vos expériences sexuelles. C’est trop tard pour modifier ça !

    Vous n’étiez pas au courant… Donc votre vie est fichue ? Vous êtes à jamais une « salope » ?

    Peu importe le motif de la honte, du moment que vous avez honte…

    Et je vous parlais de cet autre type de vidéos, où des femmes demandent à des hommes de leur expliquer pourquoi c’est si important le bodycount. C’est terrible parce qu’on les voit demander ça avec une petite voix, elles se sentent honteuses, elles n’ont pas confiance en elles…

    Ne vous inquiétez pas, quel que soit le nombre de vos partenaires, vous agirez pareil parce que comme on va le voir tout à l’heure, il n’y a pas de norme.

    En réalité, personne ne connaît le nombre de partenaire sexuel acceptable ou pas !

    Donc quoiqu’il arrive, à moins d’être vierge, vous aurez l’impression d’être en tort.

    Et pour avoir été vierge vachement très longtemps, je vous confirme qu’on vous donnera honte aussi si vous l’êtes ! 😅

    Et à l’inverse, on voit l’homme en face lui répondre hyper confiant, manspreading à fond, trop dans son élément en train de lui dire que les femmes qui ont eu beaucoup de partenaires sont des grosses merdes et que personne ne voudra les épouser…

    « Et toi alors, si ça t’inquiète autant, c’est que t’es probablement une merdre aussi, non…. » ?

    Est-ce que ça compte ?

    Mais alors, ça fait 10 minutes que vous êtes en train de vous demander : mais alors, ça compte ou pas ?

    Et bien écoutez, si c’était si simple, je n’en ferai pas une vidéo alors je vais vous faire une réponse de normand : oui et non !

    Par contre je peux vous répondre plus sûrement à cette question : est-ce que votre bodycount peut être un problème pour votre vie amoureuse ? Est-ce que ça peut faire fuir un homme si vous êtes honnête et transparente ?

    En réalité, dans la vraie vie et pas dans le monde imaginaire des réseaux sociaux, il y’a très peu de chances !

    Donc je vais quand même commencer par vous expliquer en quoi oui ça compte ! Mais vous verrez que si vous plaisez à un homme, il fera avec. Exactement comme vous vous ferez avec même si votre partenaire a un bodycount un peu trop élevé à votre goût..

    Et pis bon, on va pas se mentir… Le nombre, c’est très relatif, hein !…

    Mais oui, le bodycount compte.

    Pour un homme comme pour une femme !

    Du coup, au lieu de vous expliquer pourquoi ça compte pour les hommes, j’ai préféré prendre le truc complètement à l’envers.

    Je vais vous parler à la place de ce que nous on ressent quand on apprend que notre crush a eu beaucoup de partenaires sexuelles.

    Comme ça on mettra moins de jugement sur le comportement des hommes et ça nous permettra de mieux comprendre tout ce qui se joue en gardant la tête froide.

    Ne faisons pas les mères la morale, on est les premières à juger le bodycount! 😄

    Parce que moi je suis désolée de vous dire, au risque de vous choquer, qu’en tant que love coach je serais la première à juger un homme qui a eu beaucoup de partenaires sexuelles.

    Si l’une de mes coachées me dit : « ah il m’a dit qu’il avait eu 50 partenaires sexuelles différentes ». Là je vais lui répondre, « laisse tomber toute de suite parce que c’est un queutard, c’est pas quelqu’un de sérieux » !

    Ce qui est sans doute d’ailleurs un jugement un peu trop rapide.

    Mais dans la vraie vie… Quand le niveau de partenaires sexuelles est délirant… Vous êtes probablement en face d’un pervers narcissique ou d’un psychopathe ! Parce qu’à ce niveau-là, ça peut être pathologique.

    Y’a rien de normal, y’a rien de banal. C’est un comportement de prédateur insatiable.

    Parce que ça peut révéler l’existence d’une espèce de gouffre intérieur qu’ils vont essayer de combler en multipliant les conquêtes sexuelles.

    Mais bon, ne tirons pas nécessairement de conclusions hâtives ! En tout cas, a minima, c’est un sacré queutard !

    Et s’il y a bien une chose que nous les femmes on déteste, c’est bien les queutards.

    Pour les femmes aussi, le bodycount est un répulsif énorme !

    Et c’est vrai qu’il est étrange qu’un homme au grand nombre de partenaires sexuelles soit valorisé dans notre société… Alors que les femmes ont un réel dégoût pour ce genre d’hommes !

    Mais là encore, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, le monde se construit autour du point de vue des hommes ! Et eux admirent les hommes capables de multiplier les conquêtes.

    Ils considèrent ça comme valorisant.

    Mais c’est vrai qu’il est très possible que la roue tourne d’ici 10, 20, 30 ans.

    Pour beaucoup, coucher avec une femme c’est comme un trophée.

    Donc j’ai envie de vous dire, oui, un homme va pouvoir vous juger si vous avez un bodycount élevé mais exactement comme vous vous pouvez le faire.

    Le nombre de partenaires présuppose le degré de stabilité (à tort ou à raison !)

    On va tirer des conclusions de ce que le bodycount d’un homme soit élevé et ça va nous ramener à beaucoup de peurs et d’insécurités.

    • Déjà, symboliquement, on va avoir cette impression d’avoir partagé notre partenaire, que ce n’est pas un privilège que nous seules avons. Et du coup, ça va diminuer la valeur de ce privilège (vous avez eu l’article d’occasion ! 😅).

    L’exclusivité donne de la valeur. Mais on est d’accord qu’au sujet d’un être humain, c’est purement psychologique ! Votre valeur ne dépendra jamais de votre nombre de partenaires.

    • Ensuite, un homme qui a multiplié les coups d’un soir, ça suggère qu’il ne sera pas capable de s’engager sur du long terme. Donc s’investir dans une relation avec un homme comme ça, c’est prendre un risque.
    • Vous avez également le petit côté « sale » qui va poindre dans un coin de votre tête. Ca c’est ce qu’on appelle en anglais la « promiscuity ». Et oui, ça n’existe pas en français mais c’est l’idée en gros qu’une personne est très très libérale de son corps, pas trop discriminante dans son choix de partenaire.

    Est-ce un être humain ou un chlamydia géant ?

    Et ensuite, évidemment, vous avez la question de l’infidélité. Un homme capable de coucher sans sentiment, de façon répétitive, sans discriminations (parce qu’on a rarement quantité et qualité en même temps !), bien sûr on va douter qu’il ne profite pas des opportunités qu’il pourra avoir.

    Donc, tout ça, vous, en tant que femme, vous vous le dîtes dans votre tête. Donc vous ne pouvez pas reprocher à un homme d’y penser aussi ! C’est humain !

    Mais encore une fois, même si ça vous embête, si vraiment cet homme vous plaît et qu’il vous donne des garanties de son sérieux, vous passerez outre son grand nombre de partenaire sexuel…

    C’est pareil pour les hommes.

    Le complexe de la madone et de la putain

    Et en plus, pour un homme, il va falloir rajouter ce qu’on appelle le complexe de la madone et de la putain.

    C’est quelque chose de très profond en eux ! Mais pas de la même façon pour tous les hommes, vous en avez qui s’en fichent totalement d’ailleurs.

    C’est vrai que vous avez des hommes qui vont faire le distingo entre la femme qu’ils épousent, qui n’aura connu aucun autre homme ou peu d’hommes, et la putain, qui au contraire aura connu beaucoup d’hommes et avec qui ils ne voudront que coucher.

    Mais pour autant, il faut pas trop vous prendre la tête avec ça… Parce qu’en réalité, vous verrez que vous n’avez probablement pas couché avec assez d’hommes dans votre vie pour être considérée comme une putain ! 😅

    Les hommes vont projeter énormément de fantasmes un peu malsains sur cette histoire mais en réalité… C’est très éloigné de ce qu’est la vie intime d’une femme.

    Une femme peut potentiellement coucher avec un homme différent chaque soir mais en général… Elle s’en fiche ! Ce qu’elle veut, c’est une belle histoire d’amour ! C’est le film romantique de Noël !

    Vous savez, s’il y a bien un domaine dans lequel les hommes se sentent être vulnérables, c’est bien celui de la sexualité.

    Ils ont une profonde vulnérabilité à ce sujet, ils savent qu’ils vont facilement pouvoir perdre le contrôle.

    Ils sont assez faibles là-dessus.

    D’ailleurs, les femmes perverses narcissiques vont utiliser le sexe pour mettre un homme sous emprise. Elle va le rendre accro au sexe et l’emprise va se faire principalement autour de ça.

    Alors qu’un homme PN va utiliser les sentiments amoureux pour mettre une femme sous emprise.

    Ce n’est pas un hasard ! On vise le point faible.

    On a tous notre histoire !

    C’est vrai que même un homme qui a enchaîné les conquêtes sexuelles pendant 3 ans peut très bien se calmer par la suite.

    Et s’il vous donne suffisamment de garantie de son sérieux et de son investissement, bien sûr que vous n’allez pas rester focalisée là-dessus pendant tout le reste de votre relation !

    Et c’est pareil pour un homme. Ils peuvent vous dire tout ce qu’ils veulent…

    Si un homme est bien dans sa peau, qu’il a confiance en lui, jamais il ne va accorder une importance excessive à ce type de détail.

    Bien sûr que dans l’absolu, il préférera une femme qui a eu peu de partenaires ! Parce qu’il se sentira plus en sécurité, il aura moins peur que vous ne le trompiez.

    Mais s’il craque pour vous, jamais il ne vous rejettera parce que vous avez eu 20 partenaires !

    Et encore quand je vous dis 20 partenaires je vous dis ça vraiment au pif parce que tout comme vous, et comme tous les hommes, je n’ai pas la moindre idée de ce que peut être la « norme ».

    On est pas bons sur les chiffres Kevin…

    Et vous verrez que ce qui est fou, c’est que dans tous les pseudo-débats qui volent à ras les pâquerettes que j’ai pu voir, il y a un grand absent : c’est le chiffrage !

    Personne n’a la moindre idée de ce que pourrait être une norme, que ce soit les hommes ou les femmes. Il n’y a jamais aucun chiffre qui est cité !

    Les gens parlent du sujet dans le vide ! Rien de concret.

    Et surtout parce que ces personnes qui débâtent de ce sujet, ce sont des gamins, qui n’ont pas l’expérience de vie suffisante pour évaluer ça.

    Comment des hommes célibataires peuvent affirmer qu’ils n’épouseront jamais une femme qui a « un bodycount élevé » ? Ils ne savent même ce que c’est un bodycount élevé !

    D’autant plus que cette norme évolue forcément avec l’âge donc comment l’évaluer ? C’est un peu mission impossible !

    D’ailleurs j’ai essayé de chercher des chiffres mais ça me paraît tellement bas que je trouve ça suspect. Je voyais par exemple, pour les hommes entre 35 et 49 ans, 8 partenaires en moyenne dans leur vie…

    Bah dis donc, quand je vois tous les hommes dans mon entourage quand ils étaient célibataires, soit un panel de plusieurs dizaines d’hommes…

    Heureusement qu’ils étaient là pour remonter la moyenne de la France ! Parce que 8, c’était plutôt le palmarès d’une année de célibat…

    Je sais pas ce que c’était pour les femmes mais j’ai envie de dire, c’est fini les couples qui restent ensemble 40 ans…

    On a tous plusieurs périodes de célibat qui vont s’incruster dans nos vies.

    Relativisons les chiffres

    Et d’ailleurs, là encore je veux dire que finalement, si vous avez eu des longues périodes de célibat, 20 partenaires bah c’est pas tant que ça !

    Je réfléchissais à cette histoire de norme et j’ai essayé de retracer comment on arrive à 20 partenaires, par exemple.

    Imaginez une personne de 35 ans, homme ou femme. Cette personne a connu même ne serait-ce que 4 périodes de célibat 2 ans depuis ses 18-20 ans. Ce qui est tout à fait banal.

    Donc vous imaginez que pendant chacune de ces 4 périodes de 2 ans, cette personne a eu 5 partenaires. Ce qui n’est pas énorme pour un célibataire sur 2 ans, que les choses soient dites !

    Et benh vous voyez, on arrive déjà à 20. 😅

    Donc c’est d’autant plus impossible d’évaluer cette norme si vous essayer de retracer l’historique. 5 relations sexuelles en 2 ans, excusez-moi mais on est loin de la moyenne des couples…

    Et ça c’est vraiment une injustice énorme envers les célibataires que j’ai déjà remarqué.

    Y’a des gens très très « bien sous tout rapport » mais qui n’ont pas du tout un comportement léger ou de « promicuisty ».

    Mais comme ils sont restés célibataires longtemps, même en ayant eu une activité sexuelle très faible, les voilà qui vont augmenter leur « score ».

    Plus vous allez avoir de périodes de célibat et plus allez augmenter mécaniquement votre bodycount. Et sans pour autant être une personne légère !

    Manipulations sexistes

    Parce que c’est là qu’on arrive dans la plus grosse tartufferie de cette question de bodycount.

    C’est que la moitié voire les ¾ du bodycount d’une femme… Bah elle avait pas prévu que ce serait une relation sans lendemain…

    La plupart des femmes ne vont coucher avec un homme que parce qu’elles pensent qu’il va y avoir une relation long-terme avec lui.

    Sinon, elle n’aurait JAMAIS sauté le pas.

    Pour une femme, coucher avec un homme c’est la plupart du temps impliquant émotionnellement.

    Et j’en ai un peu marre d’entendre les gens dire : « mais non, la société a changé ».

    Non, c’est pas une question de société, c’est une question d’hormones. Quand une femme couche avec un homme, elle sécrète de l’ocytocine, l’hormone de l’attachement. C’est ce qui la fait tomber amoureuse.

    Oui, des femmes peuvent avoir des conquêtes sexuelles… Mais c’est moins leur truc !

    Ce qui ne veut pas dire qu’une femme ne va pas être capable d’avoir un plan cul sans investissement émotionnel à des moments de sa vie ! Il y en a bien sûr et il n’y a aucun problème avec ça.

    Mais c’est quand même plus compliqué que pour un homme. Donc ça ne va pas se faire si facilement que ça.

    Un homme ne sécrète pas d’ocytocine quand il couche avec une femme.

    Et vous savez, je suis la première à défendre les hommes en disant : « on se comprend pas, on est différent, il faut qu’on comprenne mieux ce qu’il se passe dans leur tête… ».

    Mais à un moment, vous savez, en général une femme qui ghoste un homme elle le fait avant d’avoir couché avec lui. Donc avant qu’il y ait eu de l’intimité.

    Alors qu’un homme va attendre d’avoir couché avec elle. Alors que j’ai envie de dire, si elle ne lui plaît pas plus que ça, il le sait avant d’avoir couché !

    C’est pas la peine de tester sachant qu’il va salir son « bodycount »…

    Sachant que son nombre de partenaires sexuels va pouvoir lui être reproché par la suite…

    Messieurs, respectez notre corps s’il vous plaît !

    Et même sans ça, je peux vous dire qu’on se sent terriblement mal quand on a donné la totale à un homme parce qu’on avait confiance en lui et qu’il se barre derrière.

    Donc aller reprocher à une femme son nombre de partenaires alors qu’on sait très bien à quel point elles se font arnaquer par certains hommes, c’est un peu fort de café !

    Et ça les hommes ils savent très bien…

    Donc les hommes qui vont vous reprocher votre bodycount se livrent à ce qu’on appelle des injonctions contradictoires.

    Ils vous imposent d’avoir eu peu de partenaires alors qu’ils savent que beaucoup d’hommes vont essayer et vont réussir à abuser de votre naïveté.

    Eux mêmes l’ont sans doute fait mais ils vous reprocheront d’être celle qui a cédé… Alors que vous avez cédé parce que vous croyiez que c’était le début d’une belle histoire d’amour long-terme. 🤷‍♀️

    Stop à la manipulation !

    Et ça va nous permettre d’embrayer sur la morale de cette histoire. Parce que la morale, c’est que ça n’est pas très moral tout ça !

    Encore une fois, un homme qui va vous reprocher votre bodycount, c’est un homme qui essaie de vous manipuler et de vous rabaisser.

    Sans doute par manque de confiance en lui mais ce n’est pas à vous de payer pour ça. C’est son problème à lui.

    Alors il y a 2 cas de figures, soit c’est un homme lambda avec lequel vous n’aurez pas de relation, soit c’est un homme avec qui vous souhaiteriez avoir une relation.

    Mais la question arrive un petit peu trop tôt… alors que vous n’êtes pas encore si intime.

    Du coup, vous sentez que c’est un peu inapproprié quand même.

    L’intimité a des limites…

    Quand vous êtes en relation, c’est tout à fait normal et banal d’aborder la question à un moment ou à un autre. Quand vous serez plus intimes.

    Mais quand vous n’avez pas encore le degré d’intimité nécessaire, c’est de la manipulation. Il n’y a rien d’anodin là-dedans. Et ce serait bien un red flag que ça ne m’étonnerait pas…

    On va créer artificiellement de la honte autour d’une potentielle liberté sexuelle des femmes. Qui en plus, va rarement refléter un comportement sexuel réel.

    Débuter une relation sur de tels propos c’est mmmhh, super craignos et super inquiétant. C’est très toxique !

    Est-ce vraiment un partenaire sain ?

    Alors ça peut être une personne jeune, un peu influençable, qui à force de voir cette tendance bodycount va la banaliser. On va lui laisser le bénéfice du doute.

    Mais bon, passé un certain âge, être influencé par les réseaux sociaux, c’est un peu limite limite quand même…

    Un homme sain, bien dans sa peau, qui a confiance en lui, ne jugera pas votre histoire. Il ne jugera pas votre nombre de partenaire. Et vous n’avez pas à vous justifier là-dessus.

    D’ailleurs, si ça peut vous rassurer, parmi toutes ces vidéos Tik Tok sur le bodycount, j’en ai vu aussi beaucoup où on interrogeait un homme en lui demandant si ça le dérangeait qu’une femme ait un bodycount élevé…

    Et il y a beaucoup d’hommes qui répondaient : « bah non, pourquoi, c’est quoi le problème ? ».

    C’est hasardeux de juger quelqu’un sur quelques secondes de films… mais ils avaient l’air plutôt bien dans leur peau.

    Et il y en a même à qui on demandait ensuite : « bah alors, c’est quoi pour toi qui compte chez une femme » ?

    [notez le côté bizarre de la question]

    Et il a juste répondu le plus naturellement du monde : « bah, la personnalité ».

    Bah oui j’ai envie de dire ! « Normal quoi » !

    Que répondre dans ce cas ?

    Il n’y a qu’un comportement valable quand quelqu’un cherche à vous manipuler.

    Ce n’est pas trouver de le bon mot qui va bien pour garder un semblant de dignité.

    Il n’y a pas de contre-manipulations. Ne n’est pas la meilleure solution.

    La meilleure solution, c’est de refuser cette manipulation.

    Vous la nommez, vous la décrivez (je l’ai comprise, je comprends le mécanisme de ta manipulation) et vous la refusez en bloc.

    Si c’est un homme avec qui vous souhaitiez entamer une relation, tirez-en les conclusions qui s’imposent. Vous ne vous lancez pas dans une relation saine et mieux vaut passer votre chemin.

    « Tu vois que tu cherches à me manipuler, tu cherches à me rabaisser et à me faire perdre confiance en moi pour protéger tes propres insécurités. Ce n’est pas un comportement de gentleman, c’est sexiste, ce n’est pas respectueux envers les femmes. Je suis très déçue, ce n’est pas un comportement que j’attends d’un homme et je préfère qu’on en reste là. ».

    Malheureusement, il n’y a pas d’autre solution dans ce cas.

    Effectivement, si vous regardez cette vidéo, que vous avez 25 ans et lui aussi… oui, vous pouvez lui laisser le bénéfice du doute.

    Il a pu être influencé par un sexisme ambient sans penser vraiment à ce qu’il dit…

    Et dans ce cas vous devrez le recadrer fermement et discuter avec lui pour être sûre qu’il a des valeurs et qu’il ne s’amuse pas à inférioriser les femmes.

    Devez-vous vraiment vous inquiéter de votre bodycount ?

    Donc, est-ce que vous devez vraiment vous inquiéter de votre réel chiffre de partenaire ? Non, rassurez-vous, dans l’ensemble même si vous êtes honnête, aucun homme sain ne vous le reprochera.

    D’ailleurs, ce chiffre sera sans doute très inférieur à celui qu’il imagine !

    Parce que oui, c’est juste un nombre idéalisé, ça relève de l’imaginaire. En réalité, personne n’a la moindre idée de ce qu’est un nombre normal ou pas.

    Ces histoires de bodycount, c’est du fantasme absolu.

    Je vous le répète, le but est de vous rabaisser et de vous humilier.

    Ca n’est pas le reflet d’une réalité.

    Ou alors vous pouvez faire comme un peu tout le monde… Mentir ! 😅

    Bon moi, j’avoue, je suis pas trop fan. Je trouve ça mieux d’être honnête et d’assumer son histoire de vie. C’est votre histoire.

    Donc ce que je veux vraiment vous transmettre dans cette vidéo, c’est que vous ne devez pas vous faire avoir et céder à cette nouvelle injonction contradictoire.

    Les apparences sont trompeuses…

    Et vous n’avez pas à avoir honte de votre histoire intime et ce dans tous les sens du terme. Vous n’avez probablement pas un chiffre aussi excessif que vous ne l’imaginez !

    Donc j’espère que cette tendance sexiste à mettre en avant le bodycount va mourir dans l’œuf mais pour ça… il faut qu’on s’en mêle.

    C’est comme pour absolument tout avec les hommes, si on les laisse faire, ils vont continuer à outrepasser nos limites.

    Par contre, si on ne se laisse pas démonter et qu’on les recadre sévèrement, tout rentrera dans l’ordre.

    Je vous souhaite absolument de ne jamais rencontrer ce genre de remarque de la part d’un homme avec qui vous souhaiteriez entamer une relation.

    Parce que ça c’est un no go absolu !

    Et encore une fois, si vous entendez ce genre de propos dans la bouche de vos fils, de vos petits collègues, votre cousin, ou de vos neveux, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

    Il est temps que vous ayez une discussion sérieuse ! 🫣

    Catégorie:

    Leave a Reply